Echos

Mars 2021 : Interview de Jeanne Beltane et Marion Bornaz par l’Association française des Victimes du Terrorisme (AfVT)

Février 2021 : Article dans La Faute à Rousseau, revue de l’autobiographie n° 86, dossier sur le thème Renaissances

10 Février 2021 : interview de Jeanne Beltane et Marion Bornaz dans Super Nova Lyon, sur Radio Nova

Février 2021 : interview de Jeanne Beltane et Marion Bornaz dans le webzine culturel Ville Morte

7 Janvier 2021 : interview de Jeanne Beltane dans En mode Avion, sur RCF Lyon

5 Novembre 2020 : Richard Gaitet parle d’Une Forêt sur Radio Nova :

“Cette autrice lyonnaise vient de consigner son expérience dans un premier livre bref et poignant, Une forêt, accompagné des photographies de Marion Bornaz. Auto-édité, doté d’une maquette élégante, l’ouvrage dévoile le trauma lié à l’attentat, mais également l’introspection consécutive à deux décès (sa grand-mère, son père) et une naissance (sa fille) qui encadrent le drame. L’écriture est clinique, bouleversée, semblable à celle d’un journal intime, marquée par ses lectures de Philippe Lançon, Tristan Garcia ou Valérie Manteau. Les images, superbes, montrent souvent Jeanne débarrassée de ses oripeaux sociaux, sans vêtements, par fragments, en pleine forêt, loin de la violence des villes. Une mise à nue très courageuse, à double titre.”

Florian Torres des Editions du Typhon parle d’Une forêt :

“Au regard de ce qu’il aborde, ce texte aurait pu faire sombrer le lecteur dans une nuit de naufrage. Or c’est une autre voie qu’il emprunte. Subtilement accompagné d’un travail photographique, il dévoile les ressources ignorées en nous pour tenir dans la tempête”.

Fabien Charreton de la librairie Terre des Livres (Lyon) parle d’Une forêt :

“Je l’ai ouvert et, immédiatement, j’ai été happé et habité par le texte. J’aurais voulu qu’il soit plus épais. Le ton est juste. La modestie, l’humilité, s’allient parfaitement avec ce courage rare – mais qui est la force de la forme du journal – de tout dire.
L’objet est très beau, remarquable, et de grande cohérence. Le découpage en quatre carnets de taille différente présente une vraie évidence. Les photos sont belles, et viennent s’insérer parfaitement dans le rythme de la lecture, comme pauses, descentes, contrepoints.”