Traversée dans une histoire secrète de la douleur

Dialogue texte / photographie, Une forêt est le résultat d’un travail à quatre mains autour du récit de Jeanne Beltane dont l’existence a été chahutée, en quelques mois, par une naissance, deux décès et sa propre mort, qu’elle a vue de près au Bataclan.

Le projet naît d’un récit intime, celui de Jeanne Beltane, victime d’un attentat qui a percuté toute la société française le 13 novembre 2015. Quelques mois plus tard, elle est à nouveau confrontée à la mort quand son père se suicide. Pour apprivoiser ces évènements, Jeanne consigne ses pensées : un va et vient permanent entre le réel diurne et une vie rêvée nocturne, faite de promenades sylvestres et de dialogues avec ses fantômes. Petit à petit, elle ressent la nécessité de se défaire des mots rassemblés dans ses carnets. En 2018 naît l’idée d’un livre, mêlant texte et images.

Elle invite alors la photographe Marion Bornaz à créer une voie parallèle à son récit. Le travail de cette dernière porte sur les notions d’intériorité, d’invisible et s’attache à la manière dont la photographie évoque ce qui ne peut être nommé. Marion a souhaité regarder le hors-champ du deuil, ce que les carnets ne pouvaient raconter. L’histoire prend place dans un rapport charnel à une nature inquiétante et sensuelle. La forêt tient le rôle principal. Les souvenirs et les images manquantes ont été traqués à travers les paysages, les gestes, le corps. L’ensemble reconstitue le parcours de Jeanne dans son processus de guérison et de reconstruction.

Sur ces sentiers imaginaires et mémoriels, les autrices ont convoqué Annie Ernaux, Mona Chollet ou Starhawk. Une forêt est le résultat de ce chemin sur lequel une amitié s’est affermie et leur féminisme a trouvé résonance.

Lire le communiqué de presse